lundi 11 février 2019

JOURNÉE DE LA LANGUE ALLEMANDE ORGANISEE PAR VDS BENIN À COTONOU, LE 23 NOVEMBRE 2018 (DER VOM VDS-BENIN ORGANISIERTE TAG DER DEUTSCHEN SPRACHE IN COTONOU AM 23. 11.2018)

Am 23. 11.2018 fand ein riesiger Tag der deutschen Sprache in COTONOU (Benin) statt. Die Schule Planète Éducative war die Schule,  die die Veranstaltung empfing. Alles war klasse,  denn wir hatten moralische sowie finanzielle Unterstützung vom DAAD-BENIN,  der deutschen Botschaft in Benin und natürlich der Schule Planète Éducative bekommen.
Vielleicht findet noch bald ein anderer Tag der deutschen Sprache in dieser Schule im Jahr 2019.
Wir bedanken uns bei unseren Partnern für Ihre Unterstützung.

dimanche 16 septembre 2018

Gedichtwettbewerbspreisverleihung 2018/ Remise de Prix à l'issue du concours de POEME 2018

Die Gewinner des ersten Gedichtwettbewerbs 2018 des Vereins Deutsche Sprache e.V. Benin wurden am 27. Juli 2018 bei einer festlichen Veranstaltung im Hotel "Amazons" Bohicon (Benin) ausgezeichnet. Folgen Sie stattdessen dem Bericht 👉 // youtu.be/sgx4JUaNHAA



Les lauréats isus du premier concours de poème en allemand 2018 organisé par Verein Deutsche Sprache e.V. Bénin ont été récompensés lors d’un événement festif à l’hôtel «les amazones» de Bohicon (Bénin), le 27 juillet 2018. Suivez plutôt le reportage 👉//youtu.be/sgx4JUaNHAA


mercredi 18 avril 2018

Tag der Deutschen Sprache, Benin, 2018.

Tag der Deutschen Sprache,  Benin, 2018.

Die Mitglieder der NGO "Gbé-Club" feierten am Donnerstag, den 15. März 2018 in Za-Kpota den Nationalfeiertag der Deutschen Sprache mit Unterstützung des Goethe-Instituts von Lomé in Togo.

Nach dem Vertreter der NGO "Gbé-Club", Mahuwèna Crespin GOHOUNGODJI, der sich mit der Förderung der Sprache in den Schulen in Benin beschäftigt, würde dieser erste Tag erlauben, über die Wichtigkeit der ist Sprache zu diskutieren.

Die Mitglieder der NGO haben darauf hingewiesen, dass diese Feier für das zehnte Mal im Dezember 2017 in Togo stattgefunden.

Das Hauptziel nach Mahuwèna Crespin GOHOUNGODJI bestand darin, die Schüler zu ermutigen, mehr für die deutsche Sprache in den Schulen zu interessieren , alle Lernenden dazu zu motivieren, sich dafür zu interessieren.

Zu den genannten Vorteilen gehörten unter anderem die Kenntnisse der deutschen Sprache, die den Lernenden ermöglichen, ausländische Stipendien zu erhalten und ihr Studium in Deutschland oder anderwo  weiterzumachen.

Der Schulleiter vom Lycee Za-Kpota, Herr Virgile TOHOU, hat die fünfhundert (500) Deutschlernenden seiner Schule dazu eingeladen, mehr  Deutsch zu lernen.
(Bericht von der,, Agence Bénin Presse,,.)

CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE DE LA LANGUE ALLEMANDE AU BÉNIN (Tag der Deutschen Sprache in Benin), 2018.

Za-Kpota, 16 mars. 2018. (Agence Bénin Presse) – 

Les membres de l’ONG « Gbé-Club », ont célébré jeudi à Za-Kpota, la journée nationale de la langue allemande, qui est à sa première édition au Bénin, avec l’appui de Goethe-Institut basée à Lomè au Togo.
Selon le représentant de l’ONG « Gbé-Club », Crespin Gohoungodji, qui s’occupe de la promotion de la langue en milieu scolaire, cette première édition de ladite journée, va permettre de discuter et recenser les approches d’intégration de la langue allemande à la formation professionnelle des apprenants béninois.
Les acteurs de l’ONG ont fait savoir que cette célébration est à sa 10ème édition au Togo en décembre 2017 et a favorisé plusieurs apprenants de ce pays, à travers des bourses obtenues par les étudiants.
L’objectif principal, selon Crespin Gohoungodji, est d’inciter les élèves à apprendre davantage la langue allemande en milieu scolaire, de motiver tous les apprenants à s’y intéresser, pour en tirer les avantages de la connaissance de cette langue.
Parmi les avantages cités, la connaissance de la langue allemande pourra permettre aux apprenants, d’avoir des bourses extérieures et de continuer leurs études dans ce pays.
Le directeur du CEG Za-Kpota, Virgile Tohou, a exhorté les cinq-cents (500) germanophones du collège, à s’intéresser davantage à l’apprentissage de l’Allemand pour les atouts qu’elle comporte.

dimanche 15 avril 2018

ÜBER DEN VEREIN DEUTSCHE SPRACHE e. V. 

Der gemeinnützige Verein Deutsche Sprache e. V. tritt dafür ein, dass Deutsch nicht zu einem Feierabenddialekt verkommt, sondern als Sprache von Kultur und Wirtschaft erhalten bleibt. Wir sind ein weltweit tätiger Verband mit mehr als 36.000 Mitgliedern, darunter über die Hälfte mit Wohnsitz außerhalb des Bundesgebietes.
  • Veröffentlicht Texte und Bücher zur deutschen Sprache
  • organisiert Begegnungsmöglichkeiten mit Freunden der deutschen Sprache in aller Welt
  • vermittelt Referenten zu Themen, die die deutsche Sprache betreffen
  • lädt Sprachfreunde ein, sich auf ganz unterschiedliche Weise mit der deutschen Sprache zu beschäftigen: in Arbeitsgruppen, auf Kulturveranstaltungen, bei öffentlichkeitswirksamen Unternehmungen (z.B. Infostände, Unterschriftensammlungen, Leserbriefe)
  • hilft bei der Vermittlung von Fördermitteln
  • organisiert und finanziert Kulturveranstaltungen (z.B. Lesungen und Vorträge) rund um die deutsche Sprache und ihre Dialekte
  • verleiht Preise an Personen und Einrichtungen, die sich um die deutsche Sprache verdient gemacht haben
  • vermittelt Stipendien
  • steht dafür, dass ein Einsatz für die deutsche Sprache auch ohne deutschtümelnde oder nationalistische Ziele möglich ist. Der VDS ist überparteilich; er hat Mitglieder aus allen Parteien im Deutschen Bundestag
  • wirbt für die deutsche Sprache  in der Politik, in den Medien, in der Wissenschaft.

vendredi 1 mars 2013

Le cinquième Anniversaire épiscopale du Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON dans le diocèse d’Abomey au Bénin



FRANçAIS 




Dimanche 03 Février 2008 au Dimanche 03 Février 2013: Cela fait  exactement 5 ans qu’a été intronisé évêque du diocèse d’Abomey au Bénin, notre cher et bien-aimé  Monseigneur Eugène Cyrille HOUNDEKON.
 Les chrétiens de l'Eglise catholique du Bénin en général et ceux du diocèse d’Abomey en particulier lui disent,, heureux anniversaire’’ .
 Seul Dieu Tout-Puissant qui est l'Alpha et l'Oméga puisse  l’aider dans l’accomplissement de cette  tâche  du matin au soir, au nom de l’être Suprême...
Qu’il le bénisse à jamais !

DEUTSCH

Kennen Sie den Bischof HOUNDEKON aus Benin?

Sonntag, den 03. Februar 2008 bis Sonntag, den 03. Februar 2013: Es ist genau 5 Jahre, als unser sehr geliebter Bischof Eugène Cyrille HOUNDEKON  zum Bischof  der Diözese Abomeys in Benin  gekrönt wurde. Die Christen der ganzen  katholischen Kirche in Benin im Allgemeinen und nämlich der Diözese Abomeys, die eine Erinnerung daran haben, feiern mit ihm in Gebet. Nur der allmächtige Gott, der das A und das O ist, kann ihm bei der Arbeit helfen, damit er sie von Morgen bis Abend im Namen Gottes klappt.

 

L’histoire de ZA- KPOTA, la terre de mes aïeux, où mes cordons ombilicaux ont été ensevelis !



Au départ, la terre de ZA-KPOTA était consacrée à la culture de blé (,,likun ‘’ ) et de Maïs (,,agbadé ‘’). Des chasseurs  et des paysans y cherchaient d’aventure, car, disaient-ils, cette terre était immensément riche pour la culture de blé et les chasseurs y trouvaient de gros animaux à tuer tels que la panthère, l’âne, l’antilope, le buffle, la girafe…
C’est ainsi que pour raison de refuge à cause de la guerre qui détruisait les populations de son milieu Mahi, derrière Dassa, cette terre a connu une première personne du nom de Dagba, qui s’installa dans une forêt dénommée Zoumè, actuel village de Za-Zoumè à Za-Kpota. Il exerçait  le métier de cultivateur avec sa femme. Il cultivait le blé qu’il transportait au roi à Danxomè.
Un jour, le roi partait avec ses ministres pour une guerre à Agonlin quand tous les enfants de Dagba avaient fui et laissé seul leur père. Un ministre du roi arrêta Dagba et lui coupa le bout de son nez.
Quelques années plus tard, Dagba reçut en invité Daka, qui quitta Agbomè chez les Tamadaho et qui cherchait mieux vivre et de terre fertile pour pouvoir mieux cultiver la terre.
 Lors d’un conflit des populations de Danxomè avec les Yoruba venus du Nigéria, les habitants du milieu se réfugiaient dans un petit cours d’eau. Les Yoruba découvrirent ensuite ce cours d’eau et l’appelèrent en langue Yoruba ,, kekere’’ , ce qui signifie ,, petit’’ , donc un petit cours d’eau qui servait d’endroit de refuge pour les Dahoméens. Le village au bord de ce cours d’eau est appelé aujourd’hui ,, ZA-KEKERE’’. Daka eut un ami  du nom de kpolihamou qu’on appela aussi Aïtchi, qui vivait à Bohicon à Asséssénou - Houawé. Mais celui-ci quitta Asséssénou - Houawé pour Adjahouissogon à Hêzonho à cause des travaux  de bitumage des voies. Daka est allé le chercher à Hêzonho où les trois amis vivaient dans la forêt, le Zoumè. AÏTCHI s’installa un peu vers la montée. Les autres amis lui proposèrent de rester avec eux dans la forêt. Celui-ci s’opposa et nomma ce lieu ,, Mênawa ‘’, ce qui signifie ,, quelqu’un viendra’’ : de là, commença l’histoire de la commune de ZA-KPOTA.
Aïtchi était un menuisier du roi Guézo. Il faisait les fauteuils du roi dans le palais du roi à Danxomè. Trouver de bons bois pour bien exercer son métier était une des raisons fondamentales de l’intégration de Kpolihamou à Zoumè. A côté du métier de menuiserie, Aïtchi était encore un devin (Bokonon). Ce dernier métier ne lui permit plus de vivre avec eux. Son fâ ne dut pas écouter le cri du singe. Mais il y avait dans cette forêt des singes qui donnaient des cris à longueurs de journées. Alors, son ami Daka lui proposa de bien vouloir se déplacer vers la montée (Kpota), car là-bas, il n’y eut aucun cri de singe. Aïtchi eut aussitôt compris puis eut obéi à son ami. Il s’installa donc à présent à Kpota, précisément à Sêdamin, d’où ZA-KPOTA.
Les trois amis balkanisèrent  ensuite ce milieu en trois zones d’occupation : DAKA à ZA-ZOUNME, DAGBA à ZA-KEKERE et AÏTCHI(KPOLIHAMOU) à ZA-KPOTA. AÏTCHI engendra Félihamou,Gbèhouénoukon ,Somadjèwantin,Ago,Kpodékon qu’on appelait aussi Ahowoudé,Akpan Agbangbadja,Gohoungodji,Assanha,Dah Woto,Gandonouto,Agoussin,Nankponkindé… Ensuite cette terre eut connu d’autres personnes installées à Kpota telles que :
Sèmèvo venu de Gnidjazoun,Atchatin venu d’Abomey à Adandokpodji(aguénoun) qui engendra Alogan-Adagan-Gbédja-Avlékété-Gankpa…, Bokw’awonon venu de Lèlè à Abomey qui engendra lui aussi  Bidjinklin-Sègnon-Akoutè-Dagè(son fils ADEDO)- Alitondji-Koudjè(ses fils Agnamou-Thon-Dandjlessa-Awougbè-Agbotoyidè-Adjahou-Davidi-Tchalinon-Akabassi-Ayihinto-Ahissin-Kpoha-Gbonougan-…) -Amoumè…, Djagoun- Sogbossi- Mathias, Aïkpé venu de Mougnon chez les Aguessi, Hlannon venu d’Abomey chez les Akodédjègouto, le fils de Gangnihessou Damiloko venu de Hwawé à Bohicon  qui engendra Houssin-François-Hassou- Zindjo- Atannon….Et ainsi de suite plusieurs d’autres personnes de diverses régions étaient venus s’installer dans cette zone pour diverses raisons. ZA-KPOTA est aujourd’hui une grande commune du Bénin. Elle compte plusieurs arrondissements et des villages…